Swords into Plowshares: The Isaiah Scroll and Its Message of Peace
Until August 15, 2008
Summer Art Camps in the Youth Wing
Art Marathon 2008
For children who love art (Hebrew)
Real Time: Art in Israel 1998-2008
Until August 30
Signs of Life: Animating Ticho House
Until September 26
Orphaned Art: Looted Art from the Holocaust in the Israel Museum
Until August 23
The Shrine of the Book
Model of Jerusalem in the Second Temple Period
Youth Wing
Campus Renewal Project

Expositions actuelles

En temps réel : une décennie (1998-2008) d’art israélien

Pavillon Weisbord
Du 15 avril au 30 août 2008

Pour marquer le soixantième anniversaire de l’Etat d’Israël, une initiative de portée nationale explorera les six dernières décennies de l’art israélien, chacune présentée dans un site différent. Le Musée d’Israël aborde ainsi l’évolution spectaculaire de l’art israélien au cours de la dernière décennie en procédant à une investigation exhaustive de la créativité locale  contemporaine en peinture, sculpture, dessin, installations, vidéos et photographie. Evoluant dans un environnement complexe tout en engageant un dialogue permanent avec les influences et les courants artistiques mondiaux, les jeunes artistes insufflent à leurs travaux un vaste éventail de sensations et d’images – angoisse et désillusion provoquées par les tensions entre les sphères publiques et privées de la société israélienne actuelle. Cette exposition explore l’usage exhaustif des techniques traditionnelles et des nouvelles technologies par la nouvelle génération d’artistes israéliens – phénomène parallèle à l’évolution d’Israël à l’heure actuelle. Commissaires de l’exposition : Amitaï Mendelsohn, conservateur de l’art israélien et Efrat Natan, conservatrice invitée.



Des glaives aux socs de charrue : le message de paix d’Isaïe

Du 13 mai au 15 août 2008
Sanctuaire du Livre

Rouleau d’Isaïe (IQIsaa), Qumran, grotte I, c. 100 avant l’ère chrétienne

A l’occasion du soixantième anniversaire de l’Etat, le Musée d’Israël présente le rouleau le plus long, le mieux préservé et le plus complet des Manuscrits de la mer Morte placé dans une installation spéciale du Sanctuaire du Livre. Jamais exposé au grand public, cette section de 2,6 mètres de long du Rouleau d’Isaïe recense les premiers vingt-huit chapitres du livre d’Isaïe, y compris le célèbre message de paix du prophète : de leurs glaives, [ils] forgeront des socs de charrue (II, 4). Pour illustrer ce message, des outils de fer datant de l’époque où vécut le prophète (VIIIe siècle avant l’ère chrétienne) seront disposés à proximité du rouleau. Un sceau hellénistique représentant une colombe portant un rameau d’olivier – récemment excavé et jamais exposé – sera également présenté au public. Commissaire de cette exposition : Adolfo Roitman, directeur du Sanctuaire du Livre et conservateur des Manuscrits de la mer Morte, et Michal Dayagi-Mendels, conservatrice en chef d’archéologie. Une conférence internationale sur les Manuscrits de la mer Morte se tiendra du 6 au 8 juillet et coïncidera avec l’exposition.


Vidéo et Animation en Israël

Du 30 mai au 5 septembre 2008


  
L’art orphelin au Musée d’Israël : œuvres d’art spoliées par les nazis pendant la Shoah
Du 20 février au 3 uin 2008
Galerie Beningson, Aile Ruth pour la jeunesse

Présentant une quarantaine de tableaux (notamment de Jan Both, Marc Chagall, Moritz Daniel Oppenheim, Egon Schiele et Alfred Sisley), de dessins et d’ouvrages, ainsi que plus d’une vingtaine d’objets de culte juifs, cette exposition retrace la saga des œuvres d’art spoliées et cachées en Allemagne par les nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale, qui furent mises au jour après la guerre par les Alliés et transportées en Israël au début des années 1950 par la Jewish Restitution Successor Organization (JRSO). Les œuvres que cette organisation fit parvenir au Musée d’Israël n’avaient pour la plupart pas de propriétaire connu, étaient quasiment toutes dénuées d’informations sur leur provenance et se trouvaient fréquemment en mauvais état, ce qui rendit l’entreprise de conservation, de restauration et de recherche, toujours en cours, particulièrement délicate. Certaines furent confiées dans un premier temps au Musée national Bezalel auquel succéda le Musée d’Israël. Après sa création en 1965, la garde de ces œuvres d’art fut confiée au Musée d’Israël.

 


Croyances et Croyants : l’art ancien au Musée d’Israël 
Une trentaine d’objets de valeur artistique issus des collections permanentes du Musée d’Israël font la lumière sur les convictions religieuses et les rites des premiers habitants du pays d’Israël. A noter parmi les œuvres exposées : une statue du dieu des tempêtes datant du XIIIe siècle avant l’ère chrétienne ; une statue préhistorique vieille de quelque 10 000 ans ; des objets de culte et d’impressionnantes sculptures de pierre de Dionysos et d’Artemis – œuvres exposées au Musée Rockefeller depuis la fermeture des galeries d’archéologie du Musée d’Israël en vue de la rénovation du musée. 


Visite guidée 
Musée Rockefeller
Les lundis et mercredis une navette spéciale conduit les visiteurs du campus du Musée d’Israël au Musée Rockefeller à Jérusalem-Est pour y prendre part à une visite guidée des magnifiques collections du bel édifice.
Les visites sont menées parallèlement en anglais et hébreu.
La navette quitte le parking du Musée d’Israël à 11 h 00 et revient à 13 h 30. La visite guidée dure une heure et demie.
Nombre de places limité.
La visite du Musée Rockefeller est comprise dans le prix du billet d’entrée au Musée. 


  
Maquette de Jérusalem à l’époque du Second Temple

La Grande Révolte juive contre Rome en l’an 66 de l’ère chrétienne prit une fin tragique avec  la destruction de Jérusalem et du Temple. La cité ancienne occupait alors une superficie exceptionnelle et s’étendait sur une vingtaine d’hectares. La maquette reflète donc la Jérusalem ancienne à son apogée. Erigée sur l’initiative de Hans Kroch, propriétaire de l’hôtel Holyland à la mémoire de son fils Jacob tué durant les combats de la guerre d’Indépendance, cette maquette fut ouverte au public au début des années soixante dans le périmètre de l’hôtel avant d’être installée au Musée d’Israël. 

Trois sources principales furent exploitées pour reconstituer la ville sur cette maquette : les sources littéraires anciennes datant de la période romaine, les informations livrées par les fouilles menées dans des cités antiques de la période, enfin les vestiges archéologiques excavés à Jérusalem même. Ces derniers ont considérablement enrichi nos connaissances sur la ville ancienne et nous permettent, à l’heure actuelle comme à l’avenir, de mettre à jour régulièrement cette maquette.

Complexe du Sanctuaire du Livre
Questions d’éternité 
Exposition spéciale

Une petite exposition des chefs-d’œuvre de l’aile d’archéologie du Musée évoque des registres essentiels de l’Antiquité : la foi et le rituel religieux, le droit divin, le panthéon des divinités et les dirigeants temporels, le cycle puissant de la nature et l’obsession de l’autre  monde, autant de questionnements éternels. Parmi les vestiges, citons : un fragment d’un monument araméen datant du IXe siècle avant l’ère chrétienne mentionnant la « Maison de David » ; une sculpture romaine de la déesse Koré dont le retour annuel d’outre-tombe annonçait l’arrivée du printemps et l’éveil de la nature ; un pavement de mosaïque datant du Ve siècle de l’ère chrétienne orné de symboles juifs de rédemption.

Foyer de l’aile pour la jeunesse du Musée d’Israël


Une Bible errante : le Codex d’Alep

Ce Codex d’Alep aux destinées exceptionnelles, manuscrit à l’autorité incontestée du texte massorétique de la Bible, fut rédigé à Tibériade au Xe siècle de l’ère chrétienne et précieusement conservé par la communauté juive d’Alep à compter du XIVe siècle, avant d’être transporté en Israël dans les années cinquante. Il est accompagné de manuscrits bibliques rares datant de la fin de la période du Second Temple et du Moyen-Âge ainsi que d’objets de culte juifs et musulmans.

Sanctuaire du Livre, niveau inférieur 


Le Cantique de la Mer : fragment d’un rouleau de parchemin datant du VIIIe siècle

Un manuscrit biblique d’une extrême rareté datant de « l’ère silencieuse » – soit une période de cinq siècles séparant le IIIe du VIIIe siècle du calendrier chrétien, dont quasiment aucun manuscrit hébraïque ne nous est parvenu. Vraisemblablement rédigé en Egypte, ce fragment d’un rouleau de Torah contient un passage de l’Exode et notamment l’un des plus anciens et des plus beaux poèmes de la Bible : le Cantique de la Mer. Le texte de ce manuscrit est étonnament semblable à la version massorétique des codex bibliques de rédaction postérieure  (à compter du IXe siècle) et exprime le lien de continuité entre les manuscrits médiévaux et les sources bibliques datant de la fin de la période du Deuxième Temple mis au jour dans le désert de Judée. Ce précieux manuscrit est un prêt de longue durée du département des rarae de l’Université Duke (Caroline du nord).

Sanctuaire du Livre


  
Prochaines expositions

(Information plus détaillée à l’avenir)


Les grands maîtres des collections du Musée d’Israël
(Titre provisoire)

Du 15 juillet 2008 au 1er janvier 2009
Pavillon Ruth pour la jeunesse ??

Haïm Steinbach, Stay with Friends (Kellogg’s), 1986

En plein projet de rénovation de son campus, le Musée d’Israël a déplacé les installations de l’aile Ruth pour la jeunesse afin de permettre aux visiteurs d’admirer les chefs d’œuvre de ses collections de beaux-arts, d’archéologie, de Judaica et d’ethnographie juive qui recensent quelque 500 000 objets. La première installation présentera les œuvres principales issues de ses collections représentant les diverses cultures et périodes qui entretiennent un dialogue entre elles. Cette installation suscitera de nouvelles relations entre les œuvres d’art et évoquera des interprétations personnelles de chefs d’œuvre bien connus du public. L’exposition sera destinée aux visiteurs de tout âge et de toute origine.


Liselotte Grschebina
(Titre provisoire)

Du 22 septembre au 9 décembre 2008

Maison Ticho, site externe du Musée d’Israël

Liselotte Grschebina, Masks, 1930

Née en Allemagne, Liselotte Grschebina était une photographe d’avant-garde à Karlsruhe. Son travail est révélateur de l’esprit d’innovation culturelle de l’époque de la République de Weimar. En 1934, elle immigra en Palestine et ouvrit un studio à Tel-Aviv où le genre nouveau de photographie qu’elle représentait lui acquit une certaine célébrité. Toutefois, ses  talents ne furent réellement appréciés qu’après sa mort avec la découverte d’une partie de ses travaux dans une niche cachée dans l’appartement de son fils. En l’an 2000, ce dernier fit don au Musée d’Israël des archives de sa mère – quelque 1400 photos. Commissaire de l’exposition : Judith Caplan, conservatrice associée de photographie. L’exposition présente la particularité de l’œuvre de Grschebina et illustre les destinées des artistes d’avant-garde émigrés qui arrivèrent en Palestine après l’ascension au pouvoir du régime nazi en Allemagne.  


Le Mahzor de Nuremberg : chef d’œuvre de l’art médiéval
(Titre provisoire)

Du 19 décembre 2008 à février 2009

Site : Maison Ticho, site externe du Musée d’Israël

Le Mahzor de Nuremberg, Bavière 1331, prêt de longue durée de David et Jemima Jeselsohn

Renfermant toutes les prières de l’année hébraïque, le Mahzor de Nuremberg fut rédigé en 1331 conformément à la liturgie ashkénaze. Ecrit sur parchemin, son volume, son poids et ses enluminures représentent une réalisation parmi les plus remarquables de la production manuscrite hébraïque de la diaspora juive médiévale. Après l’expulsion des Juifs de Nuremberg en 1499, le manuscrit fut conservé à la bibliothèque municipale de la ville. Pendant les guerres napoléoniennes, plusieurs folios enluminés furent découpés avant d’être retrouvés au début du XXe siècle. Le manuscrit et les pages manquantes furent conservés par la suite dans la collection de la bibliothèque de manuscrits hébraïques de Zalman Schoken à Jérusalem. Ce manuscrit unique qui fait présentement l’objet d’un prêt de longue durée de David et Jemima Jeselsohn, sera exposé pour marquer le soixantième anniversaire de l’Etat d’Israël au Sanctuaire du Livre où il s’inscrira dans la longue histoire de la production biblique hébraïque exposée sur les lieux : depuis les Manuscrits de la mer Morte datant de la période du Second Temple, au Codex d’Alep datant du Xe siècle et aux manuscrits hébraïques du Moyen-Âge. Commissaire de l’exposition : Daisy Raccah-Djivre, conservatrice en chef de Judaica et d’ethnographie juive.


Arie Aroch : centenaire de sa naissance
(Titre provisoire)

Du 19 décembre 2008 à février 2009

Maison Ticho, site externe du Musée d’Israël

(Information plus détaillée à l’avenir)

 


  
ARCHIVES

Les maisons des autres : vidéos et photos par des artistes israéliens contemporains

Du 7 mars au 14 mai 2008
Site externe du Musée d’Israël

Aya Ben-Ron, Margalith, 2007, vidéo de 19 minutes, collection de l’artiste

Brochure et conférences (à 11 h 00 et 19 h 00 le 25 mars)

Sept photographes et vidéastes contemporains sondent les échos émotionnels émis par des maisons vidées de leurs occupants. Quelquefois, leurs habitants les ont définitivement quittées et le focus est placé sur les souvenirs réels ou imaginaires qui imprègnent des espaces chargés d’émotions. D’autres fois, les habitants les ont provisoirement quittées, et les artistes se mutent en « voyeurs » dont le regard envahit les lieux. L’absence des occupants, l’intrusion de l’appareil photo ou du caméscope, la façon dont les maisons des autres s’avèrent  simultanément familières et étrangères, tout contribue à la tension émotionnelle du spectacle au cœur de la scène. L’autre dimension est donnée par le site : la Maison Ticho notamment, qui fut une demeure privée avant de passer dans le domaine public. Artistes représentés : Aya Ben-Ron, Uri Gershuni, Noa Gross, Dana Levy, Ruti Nemet, Pavel Wolberg et Yuval Yaïri.

Commissaire : Aya Miron.


Galleries
Programs
Exhibitions
Resources
About Us
Visit
Shop
עברית
Français
BSmart בניית אתרים Sadna design